Je voulais illustrer l’article sur les morts de Duval et Flourens par une photographie d’Émile Duval. Je n’en ai pas trouvé.

Même dans les « beaux livres » illustrés.

Il existe un dessin, exécuté par Maxime Lisbonne — ce qui semble confirmer qu’il n’existe pas de photographie.

Émile Duval, dessiné par Maxime Lisbonne
Émile Duval, dessiné par Maxime Lisbonne

Que dire? C’était un ouvrier et surtout un militant et il avait mieux à faire que d’aller chez le photographe?

Émile Duval était né en 1840 et fondeur en fer. Pour s’occuper, il avait son métier, les organisations ouvrières dans lesquelles il était impliqué. Et il militait dans les groupes de combat blanquistes. Clandestinement, bien entendu. Il n’était pas inconnu de la « justice », il a été emprisonné plusieurs fois pendant l’Empire. Il était, par exemple, un des trente-huit accusés du troisième procès de l’Internationale en juin-juillet 1870. Il a été libéré par la proclamation de la République le 4 septembre. Il a été ensuite de toutes les actions, les insurrections du 31 octobre et du 22 janvier, l’affiche rouge du 6 janvier… Il était membre du Comité central de la Garde nationale. Il avait formé une véritable légion révolutionnaire dans le treizième arrondissement. Qui était en insurrection, de fait, depuis le début mars. Le 18 mars, il n’hésita pas à prendre le contrôle de l’ensemble de la rive gauche et de la Préfecture de police. Il fut bien sûr élu à la Commune par « son » arrondissement.

Je n’ai pourtant pas trouvé de photographie d’Émile Duval.

Il est mort trop vite, sans passer par les prisons versaillaises et leurs photographes. Car, d’où croyez-vous que viennent toutes les photos connues de communards inconnus?

Sur la proposition de Leo Frankel, élu lui aussi du treizième arrondissement, la Commune de Paris a renommé, le 17 avril 1871, la place d’Italie « place Émile-Duval ».

Ce lieu a repris son ancien nom. Émile Duval, assassiné le 4 avril et qui manqua tant à la défense de Paris en mai, n’a même pas une ruelle, même dans son arrondissement, même dans ce quartier où la mairie de Paris a distribué très généreusement des noms de rues. Un ouvrier révolutionnaire, près d’une bibliothèque, ça ne va pas? Un philosophe réactionnaire, apparemment, c’est mieux…

Livres utilisés

Feld (Charles) et Hincker (François), Paris au front d’insurgé, Éditions Cercle d’art et Livre Club Diderot (1871).

Noël (Bernard)Dictionnaire de la Commune, Flammarion (1978).