Des dizaines de journaux sont parus pendant la Commune de Paris, souvent pour quelques numéros — parfois pour un seul. Cette profusion est un témoignage, parmi bien d’autres, de la richesse du débat politique et des la multiplicité des expressions.

Je « consomme » beaucoup de journaux. Comme une rivière bleue « se passe » assez souvent dans les locaux du Journal officiel, plusieurs personnages de ce livre sont des journalistes. Le premier article de ce blog était consacré au Journal officiel et beaucoup d’articles ont été consacrés à des journaux (voir la catégorie Presse).

Lorsque je trouve une référence à un journal que je ne connais pas, je vais le lire à la Bibliothèque nationale de France (BnF). Concrètement, je me retrouve à faire défiler un microfilm, portant en général le beau titre « Journaux éphémères du dix-neuvième siècle » et je découvre, en application de ce que les bibliothécaires appellent la « théorie du bon voisin », d’autres titres que j’ignorais… et parfois des choses plus intéressantes que celles que je cherchais.

Et puis, Jean-Pierre Biondi m’a écrit pour me parler d’un mémoire (de ce qui s’appelait Diplôme d’études supérieures) qu’il avait écrit, en 1954, à la Sorbonne, sous la direction de Georges Bourgin. « La presse parisienne sous la Commune de 1871 » ne figure pas au catalogue de la BnF, alors je suis allée le chercher chez lui: il m’a prêté son exemplaire.

Son mémoire comporte trois parties, la réglementation de la presse, du second empire à la Commune et après, son rôle politique et les publications, plus des annexes consacrées à Charles Longuet, Jules Vallès et Auguste Vermorel. J’ai pris beaucoup d’intérêt à lire ce texte — copie carbone sur papier pelure…

C’est la liste des publications, avec sa richesse et son incroyable complétude, qui m’a décidée à écrire ces deux articles. Ce qui suit est donc une liste, celles des journaux pro-communards ou à la rigueur conciliateurs. Elle est presque identique à celle de Jean-Pierre Bondi, mais elle est rangée par ordre alphabétique.

Mode d’emploi: j’ai considéré comme « de la Commune » même les journaux parus juste avant la Commune, j’indique Le Titre (en rouge quand le journal est classé pro-communard), parfois un mot-clef (rédacteur en chef en général), les dates de parution (selon la BnF ou selon Jean-Pierre Biondi, JPB), puis un lien vers la notice de la BnF (quand il y en a une), enfin des liens vers le journal en ligne (quand il existe) et les articles de ce site qui lui sont consacrés (quand il y en a). Et ça commence par Lissagaray!

L’Action (Prosper-Olivier Lissagaray), 4-9 avril, notice BnF.

L’Actualité (Gaillard fils), 3 numéros, le 1er en mars (JPB), notice BnF.

L’Affranchi (Paschal Grousset), 2-25 avril, notice BnF, remplace La Nouvelle République.

L’Ami du peuple (Auguste Vermorel), 23-29 avril, notice BnF, en ligne sur le site archivesautonomies, voir l’article sur ce site.

L’Avant-Garde, 27 septembre 1870 au 27 mai 1871, notice BnF.

L’Avenir national, 1865-1873, notice BnF.

Le Bonhomme Franklin, 1-8 avril, notice BnF, en ligne sur le site Gallica.

Le Bonnet rouge (Achille Secondigné), 10-22 avril, notice BnF, remplace Le Mont-Aventin, remplacé par L’Estafette.

La Bouche de fer (Paschal Grousset), 8-11 mars (deux numéros), notice BnF.

Le Bulletin communal (organe des clubs), 6 mai, [pas trouvé à la BnF].

Caïn et Abel, 15 avril, notice BnF.

La Caricature politique (Pilotell), 8 février-23 mars, notice BnF.

Le Châtiment, 5 mars, notice BnF.

Le Combat (Félix Pyat), 16 septembre 1870-23 janvier, notice BnF, remplacé par Le Vengeur.

La Commune, 20 mars-19 mai, notice BnF, en ligne sur le site archivesautonomies.

La Commune dévoilée, un numéro, notice BnF.

Le Courrier du dimanche, ??

Le Cri du peuple (Jules Vallès), 22 février-23 mai, notice BnF, en ligne sur le site Gallica, souvent cité sur ce site, voir l’article sur ce site.

Le Drapeau (Jules Vallès), 19 mars, notice BnF, en ligne sur le site archivesautonomies, voir l’article sur ce site, remplace Le Cri du peuple pendant sa suspension.

Le Drapeau rouge, 11 mai, notice BnF.

L’Estafette (Achille Secondigné), 23 avril-23 mai, notice BnF, remplace Le Bonnet rouge.

Le Faubourg (Gustave Maroteau), 26 mars, notice BnF, remplace Le Vrai Père Duchêne, remplacé par La Montagne, puis Le Salut public.

Le Fédéraliste, 21 et 22 mai, notice BnF.

La Fédération communale, un numéro, notice BnF.

La Fédération républicaine de la garde nationale (Édouard Moreau, Georges Arnold), 24 février-12 mars (3 numéros), 15 avril (ce qui fait 4),  notice BnF.

Le Fédéré des Batignolles, 25 avril, notice BnF.

Le Fils du Père Duchêne, 20 avril-24 mai, notice BnF, en ligne sur le site archivesautonomies.

Le Flambeau républicain, 26 février-juillet (10 numéros), notice BnF.

à suivre

*

Même s’il n’est pas publié, il faut le citer!

Biondi (Jean-Pierre)La presse parisienne sous la Commune de 1871, Diplôme d’Études supérieures d’histoire, Paris Sorbonne (1954).